31/10/2016

Ces derniers temps, nous avons assisté, avec une stupeur croissante, à la prolifération de nouvelles et d’informations, certaines complètement fausses, d’autres uniquement tendancieuses, concernant les contenus et les effets de l’accord entre Giorgio Tesi Group et Sandro Bruschi Vivai. Nous avons entendu et lu un peu de tout et constaté, car ceci est paru sur les journaux, beaucoup de confusion, une partie de laquelle créée de toutes pièces à travers un système désormais connu, vieux et moisi consistant à discréditer, à provoquer les gens et à trainer dans la boue, en organisant ou faisant organiser des réunions afin de donner une mauvaise image des personnes et des entreprises qui font depuis toujours leur travail avec sérieux et honnêteté. Nous avons donc décidé d’intervenir pour rétablir la vérité des faits et faire toute la clarté sur cette affaire. Chose que nous avons décrite à ceux qui nous ont demandé des renseignements.

Avant tout nous voulons déplorer la situation dans laquelle l’entreprise Bruschi s’est trouvée et, surtout, les conséquences au détriment des salariés et des nombreux fournisseurs locaux ou pas. Nous connaissons bien la valeur du travail et des sacrifices personnels, pour les premiers, et notre peine est réelle et sincère. Mais que ce soit clair pour tous : Giorgio Tesi Group n’a rien à voir avec la crise de l’entreprise Bruschi qui était évidente et connue de tous.


L’accord Giorgio Tesi Group – Sandro Bruschi Vivai est résulté des contacts qui ont lieu au cours du dernier mois quand la société Sandro Bruschi nous a contactés en nous communiquant qu’elle n’était pas en mesure de poursuivre son activité. Ceci a lieu après avoir demandé de l’aide à de nombreuses entreprises, même du secteur, et avoir essuyé des refus ou des réponses évasives. Cet accord prévoit que la société Giorgio Tesi Group s’assumera la charge financière du paiement des salaires, des traitements de fin de carrière et des arriérés des 42 salariés de Sandro Bruschi Vivai. Mais pas seulement, Giorgio Tesi Group, grâce à la collaboration avec les organisations syndicales, se charge même des frais pour le paiement des arriérés et du traitement de fin de carrière des salariés de la société Sandro Bruschi qui ont déjà quitté l’entreprise au cours de la dernière année.

Le loyer trimestriel de la branche d’activité de l’entreprise en location, dont la détermination a été laissée à un tiers professionnel, sera à la disposition des créanciers, avec l’évaluation de la surface et de toutes les propriétés appartenant à Sandro Bruschi. La surface, entre autre, a été évaluée d’après deux expertises distinctes, quoi qu’il en soit, à des valeurs appropriées aux usages des achats en stock des plantes, qui ont été confirmées par la totalité des techniciens, qu’ils connaissent depuis longtemps. Nous souhaitons souligner le fait qu’une des conditions fixées par la société Giorgio Tesi Group pour définir l’accord, a été justement l’engagement que ces ressources soient mises à la disposition des créanciers. Ce lien de destination des loyers et de l’éventuel achat des plantes pouvait même ne pas nous incomber, mais nous l’avons revendiqué pour donner une réponse à toutes les familles concernées, certaines desquelles, jusqu’au dernier jour, ont continué espérer en une relance de la société Vivai Sandro Bruschi. Il s’agit d’un chiffre important qui peut être actualisé avec d’éventuelles opérations financières.

Sur ce point également, les spéculations qui se sont succédées ces jours-ci, sont incroyables, avec des sommes importantes mises à la disposition de l’entreprise, considérées comme négligeables uniquement parce qu’elles ne suffisaient pas à satisfaire intégralement les créanciers qui, dans des cas précédents identiques ou similaires, ont obtenu satisfaction de leurs créances pour un faible pourcentage.

 

A ce sujet, nous voulons souligner que, malheureusement, il existe de nombreux cas de pépinières en crise au cours ces derniers temps sur le territoire. Ces cas, tous ensemble, sont trois fois supérieurs, tant comme chiffre d’affaires que comme main-d’œuvre à l’affaire Bruschi, dans laquelle nombre de producteurs, y compris nous, ont été impliqués. Et pourtant personne n’a rien vu et personne n’a rien fait, sauf les syndicats en faveur des travailleurs. Nombre de ces entreprises ont été réabsorbées, ou louées, d’autres ont été achetées sans provoquer de tumultes. Il a suffi que nous soyons les protagonistes d’une opération de sauvetage, après l’inertie de toutes les autres entreprises, pour déchainer l’enfer, faisant même descendre sur le terrain des personnes inconnues jusque-là dans des situations similaires.  

Cet accord, en effet, garantit la sauvegarde de 42 emplois, le paiement des arriérés, le traitement de fin de carrière et les ressources à la disposition des créanciers de la société Sandro Bruschi. Aucune de ces conditions ne se serait vérifiée si l’entreprise Sandro Bruschi avait fait faillite, comme l’illustrent les antécédents d’autres crises d’entreprise qui se sont vérifiées récemment.

Le personnel aurait été renvoyé, les créanciers auraient obtenu quelques pièces de la liquidation de la surface, les biens immeubles auraient été mis aux enchères humiliantes du point de vue des valeurs d’adjudication avec le risque que seuls quelques ‘vampires’ auraient été fait des affaires en attendant d’acheter la propriété pour des chiffres dérisoires.


Soyons clairs : Giorgio Tesi Group, par cette opération, a pris d’énormes risques, compte tenu du marché et de la situation économique, mais elle a décidé de prendre cet engagement économique et social dans l’espoir que l’investissement, au cours du temps, puisse porter ses fruits. Mais, pour nous, c’est un espoir car, compte tenu de la situation des marchés qui se poursuit depuis des années, ce n’est pas absolument prévisible.

Voilà alors que notre stupeur devient suspecte au moment où, conscients de la qualité sociale de l’accord, nous lisons des appels vibrants pour la sauvegarde des créanciers qui, nous le répétons, compte tenu de la situation de l’entreprise et des antécédents dont nous parlions plus haut, peuvent être sûrs, uniquement de cette façon, de recevoir le maximum possible de cette situation, ou encore des invitations à tenir des comportements éthiques et moraux relativement auxquels notre famille, notre histoire et notre engagement quotidien n’ont rien à prouver car ils sont depuis toujours sous les yeux de tous. Nous ne voudrions pas que l’accord en ait dérangé certains qui attendaient probablement les enchères pour s’accaparer de tout. 

Etant donné qu’aucun autre chef d’entreprise n’a mis à disposition des propositions et des investissements de dizaines de millions en espèces, nous sommes sûrs que si une opération de ce genre avait été conclue par quelqu’un d’autre, tous auraient applaudi et manifesté leur satisfaction. Et nous, nous aurions participé à ce chœur d’applaudissements, comme nous avons déjà fait lors de situations identiques ou similaires. Car nous sommes certains qu’il s’agit du système juste pour alléger, dans la mesure du possible, les problèmes des créanciers et de tout le secteur.

Tout en confirmant et en renouvelant notre peine à l’égard de tous ceux qui ont été impliqués dans l’entreprise Bruschi, nous tenons également à remercier toutes les personnes, amis, institutions, collègues qui, sans préjudices, nous ont adressé des démonstration d’estime et de reconnaissance pour l’engagement que nous avons pris.

 




Aller Retour
Nous vous attendons à IPM 2017 - Essen du 24 au 27 janvier

En 2017 nous renouvelons également notre présence au salon International IPM Essen au programme du 24 au 27 janvier. Venez nous voir, nous serons au pavillon 14 stand B24, ce sera l`occasion idéale pour programmer le printemps 2017 avec notre équipe...
Lire la suite >>


Ces derniers temps, nous avons assisté, avec une stupeur croissante, à la prolifération de nouvelles et d’informations, certaines complètement fausses, d’autres uniquement tendancieuses, concernant les contenus et les effets de l’accord entre Giorgio...
Lire la suite >>

Accord entre Giorgio Tesi Group et Vivai Sandro Bruschi

La société Giorgio Tesi Group et la firme Vivai Sandro Bruschi communiquent avoir défini et formalisé un accord grâce auquel les 42 emplois existant actuellement avec la firme Bruschi Vivai, ont été...
Lire la suite >>